Ludwig Van Beethoven va avoir 250 ans… le 16 décembre prochain. À cette occasion, la pianiste française Élizabeth Sombart, spécialiste de Beethoven, rend hommage au célèbre compositeur pour son rôle inattendu dans le camp d’Auschwitz- Birkenau. Une belle histoire ! Regardez la vidéo.

Et une histoire vraie ! Celle de 285 enfants. En 1933, Hitler avait interdit Beethoven aux juifs. Impossible pour eux de jouer des œuvres des compositeurs « aryens ». Or, en 1943, un chef de chœur a bravé l’interdiction. 285 enfants venaient d’arriver au camp d’Auschwitz-Birkenau. Parce que la Croix Rouge devait venir visiter le camp, les nazis ont autorisé la création d’une chorale avec, bien sûr, un programme imposé, en l’occurence, des mélodies folkloriques. En catimini, le chef de chœur qui n’apprécie pas le choix nazi, modifie le programme. C’est ainsi que dans les latrines d’Auschwitz, la chorale répète une musique du répertoire allemand. Le concert n’aura pas lieu. Le 7 mars 1944, les enfants sont assassinés. À l’exception d’un. Un survivant, Otto Dov Kulka qui avait 10 ans à son arrivée au camp. Bien plus tard, après la guerre, Otto Dov Kulka va découvrir que cette musique chantée et qui était si importante pour les enfants et qui lui a permis à lui, petit garçon, de survivre, était « l’Ode à la Joie » de Beethoven

Le clip d’Élisabeth Sombart

Pour cette occasion, Elisabeth Sombart a enregistré un clip au cœur du camp d’extermination (Dans le camp d’Auschwitz, 1 million 300 000 de personnes sont mortes gazées) et a joué Beethoven sur le quai d’accueil des déportés la « Judenrampe », le lieu de réception des Juifs destinés directement aux chambres à gaz de Birkenau.

6 concertos de Beethoven ! « Un vrai défi mais surtout l’aboutissement d’une vie de travail où
Beethoven m’a accompagné dans mes concerts et dans mes enseignements ».

« Ce que m’a enseigné Beethoven cette année, c’est un chemin de pauvreté nécessaire pour révéler dans la matière la vérité immatérielle des phrases musicales écoutées au-dedans… c’est plonger toujours plus profondément dans le silence de sa surdité pour que les sons qu’il n’a pas entendus physiquement soient le reflet et le chant vivant de son intériorité…. Il n’y a pas une note de compromis ou de concession à la vérité dans sa musique… » E.S

L »enregistrement des 6 concertos : « j’ai
surtout aimé l’idée de les enregistrer l’un après l’autre comme on se prépare pour la montée de l’Everest ».

Profondément humaine, dans sa musique comme dans sa personnalité, Elizabeth Sombart a passé sa
vie à véhiculer des valeurs humanistes tels que la modestie, la bienveillance, le don de soi…

La Fondation Résonnance

Fondée en 1998 par Elisabeth Sompart, la Fondation internationale Résonnance, reconnue de pure utilité publique, est présente dans 8 pays : Belgique, Espagne, France (Bretagne et Paris), Italie, Liban et Roumanie. Son but ? « Offrir la musique classique dans les lieux où elle n’est pas », des lieux défavorisés, de souffrance (hôpitaux, orphelinats, maison de retraites, camps de réfugiés…). La Fondation créé des écoles de piano, organise des master classes de formation à la Pédagogie Résonnance, soutient des talents musicaux…

Publié par presscard49096

"Le libre arbitre, c'est le pouvoir de se déterminer soi-même sans être déterminée par rien"

%d blogueurs aiment cette page :