Cinéma, théâtre, danse… De juin à fin août, la France de 2021 a pu enfin retrouver la plupart de ses festivals. Côté musique, après Les Vieilles Charrues, les Inrocks, Éclats de Voix, le Printemps de Bourges, Festival Jazz360, Jazz à Vienne…encore et toujours des festivals !

Festival Classic, Guethary 13 – 17 août – 11 concerts

Au coeur des Pyrénées-Atlantiques, situé entre Biarritz-Bidart et Saint-Jean-de-Luz, le village de Guéthary a son Festival de musique de chambre fondé en 2013 par un de ses enfants de 26 ans, Aurèle Marthan qui en est le directeur artistique. Jeune pianiste, Aurèle Marthan a débuté le piano dès ses 4 ans.

Aurèle Marthan

Il étudie le piano et la musique de chambre notamment au CNSM de Paris. Passionné par la diversité, il se forme auprès de professeurs en Russie et en Italie (l’Istituto Superiore di Cremona) ainsi qu’à la Royal Academy of Music de Londres. Il se produit en soliste en tant que chambriste en Europe et a sorti un premier disque enregistré en Italie et très remarqué, « Ravel: Miroirs and other works » chez Classical Music (Ravel, né à Ciboure, est lui-aussi un enfant des Pyrénées-Atlantiques).

Le programme : un rendez-vous convivial et intergénérationnel

Renaud Capuçon, Quatuor Hanson, Edgar Moreau, Raphaëlle Moreau, David et Jérémie Moreau, Nicholas Angelich, Marina Viotti, Gabriel Bianco, Adrien boisseau, et, bien sûr, Aurèle Marthan.

11 concerts sont prévus avec notamment, des oeuvres de Mozart, Schubert, Schumann, mendelssohn, Tchaikovsky, Brahms, Debussy, Ravel, Chausson, Piazzola, Ligeti, Dvorak et Korngold.En ouverture du Festival, la famille Moreau, une fratrie de 4 qui va célébrer la sortie de son disque « A Family Affair ».

Vendredi 13 août :

18H : Raphaëlle Moreau (violon), Quatuor Hanson (quatuor à cordes) & Aurèle Marthan (piano) – Mozart : sonate, n° 18, pour violon & piano en sol majeur, K 301 – Mozart : quatuor à cordes, n° 19, en do majeur, K 465, « Les Dissonances » – Chapiteau Fronton Parc Saraleguinea (Musée de Guéthary).

Une belle fratrie musique !

20H30 : Soirée d’ouverture : La Fratrie Moreau : « A Family affair » – Jérémie Moreau (piano), Edgar Moreau(violoncelle), Raphaëlle Moreau (violon), David Moreau (piano) – Dvorak : 5 bagatelles, op. 47, pour piano, 2 violons & violoncelle – Dvorak : lieder : Rusalka, op. 114, “Song to the Moon”, pour violoncelle & piano – Korngold : lieder : Die tote stadt, op. 12, “Marietta’s lied zur laute”, pour violoncelle & piano – Korngold : suite, op. 23, pour piano, 2 violons & violoncelle – Église Saint Nicolas Guéthary.

Samedi 14 août :

18H : Raphaëlle Moreau (violon), David Moreau (violon), Jérémie Moreau (piano), Edgar Moreau (violoncelle), Adrien Boisseau (Alto), Quatuor Hanson (quatuor à cordes) & Aurèle Marthan (piano)- Liszt : Rhapsodie Hongroise n° 13 en la majeur – Rachmaninov : trio élégiaque, n° 1, en sol mineur, pour piano, violon & violoncelle – Mendelssohn : octuor, en mi bémol majeur, op. 20. Chapiteau Fronton Parc Saraleguinea (Musée de Guéthary).

20H30 : Jérémie Moreau (piano), David Moreau (violon), Edgar Moreau (violoncelle), Quatuor Hanson (quatuor à cordes), Adrien Boisseau (alto) & Aurèle Marthan (piano) – Schumann : 2 romances pour Hautbois et piano, op. 94 : « Nicht Schnell » & « Einfach, Innig » (transcription pour alto & piano) – Mendelssohn : quatuor à cordes, op. 44 n° 1, en ré majeur – Brahms : 2 Danses Hongroises pour piano à 4 mains – Brahms : trio pour piano, violon & violoncelle n° 1, en si majeur, op. 8 – Chapiteau Fronton parc Saraleguinea (Musée de Guéthary).

Dimanche 15 août :

18H : Quatuor Hanson (quatuor à cordes) & Adrien Boisseau (alto) – Haydn : quatuor à cordes, op. 50 n° 1, en si bémol majeur – Mozart : quintette, en sol mineur, pour 2 violons, 2 altos et violoncelle, K 516 – Chapiteau Fronton Parc Saraleguinea (Musée de Guéthary).

Renaud Capuçon, ce brillant violoniste n’est plus à présenter…

20H30 : Renaud Capuçon (violon) & Nicholas Angelich (piano) : Brahms, 3 sonates pour violon et piano : n° 1 en sol majeur, op.78 – n° 2 en la majeur, op. 100 – n° 3 en ré mineur, op. 108. Église Saint Nicolas Guéthary.

Lundi 16 août :

Gabriel Bianco, révélation classique de l’ADAMI en 2011. Son dernier disque « Evocación », enregistré en tant que membre du Quatuor Éclisses est paru en 2020 chez Ad Vitam Records.

18H : Quatuor Hanson (quatuor à cordes) & Gabriel Bianco (guitare) – Beethoven : quatuor à cordes, n° 11, en fa mineur, op.95 – Piazzolla : Invierno Porteño – Boccherini : quintette, pour guitare et quatuor à cordes (avec castagnettes), n° 4, en ré majeur, G 448 – Chapiteau Fronton Parc Saraleguinea (Musée de Guéthary).

20H30 : Renaud Capuçon (violon), Nicholas Angelich (piano), Quatuor Hanson (quatuor à cordes), Marina Viotti (voix) & Aurèle Marthan (piano) – Chausson : Chanson perpétuelle, op. 37, pour voix et piano – Debussy : sonate, pour violon & piano, n° 3, en sol mineur – Chausson : concert pour violon, piano & quatuor à cordes, en ré majeur, op. 21 – Église Saint Nicolas Guéthary.

Mardi 17 août :

Marina Viotti, la cantatrice à l’esprit vif, la voix expressive et colorée. Encore une famille de musiciens : le père était un grand chef d’opéra, le frère Lorenzo est chef d’orchestre, son autre frère, Alessandro est corniste et sa soeur Milena, également corniste à l’Opéra de Lyon !

11H30 : Concert apéritif – Marina Viotti (voix), Gabriel Bianco (guitare) & Quatuor Hanson (quatuor à cordes) – Boccherini, Albéniz, Fauré, De Falla, Paganini, Brel – Chapiteau Fronton Parc Saraleguinea (Musée de Guéthary).

18 H : Marina Viotti (voix), Gabriel Bianco (guitare) & Edgar Moreau (violoncelle) – « Porque existe otro querer » – Fauré, Satie, De Falla, Massenet, Al Jarreau, Buena Vista Social Club & Léo Ferré – Chapiteau Fronton Parc Saraleguinea (Musée de Guéthary).

20H30 : Soirée de Clôture – Jérémie Moreau (piano), Raphaëlle Moreau (violon), David Moreau (violon), Edgar Moreau, (violoncelle), Aurèle Marthan (piano), Marina Viotti (voix), Quatuor Hanson (quatuor à cordes) & Adrien Boisseau (alto) – Chostakovitch : 5 pièces pour 2 violons et piano – Grieg : sonate pour violoncelle et piano, en la mineur, op. 36 – Brahms : Zwei Gesänge, op. 91 n° 1, pour voix, alto & piano, « Gestillte Sehnsucht » – Richard Strauss : Morgen op. 27 n° 4 – Brahms : sextuor à cordes, n° 1, en si bémol majeur, op. 18 – Chapiteau Fronton Parc Saraleguinea (Musée de Guéthary).

Savez-vous que ?

En basque Getaria, vient du latin « cetaria » qui signifie « endroit de salaison », et on sait maintenant que dès l’antiquité, les romains ont effectivement construit une usine de traitement de poissons au dessus du port...

L’Orient, l’Interceltique, 50eme ! Du 6 au 15 août

Toute la programmation & les infos sur le site internet du FIL: http://www.festival-interceltique.bzh

La planète Celte est de retour ! Asturies, Bretagne, Cornouailles, Écosse, Galice, île de Man, Pays de Galles… sans oublier les diasporas qui ont émigré depuis le XVIIe siècle vers l’Acadie, le Canada, les États-Unis, le Brésil, l’Argentine, la Nouvelle-Zélande et l’Australie qui a été l’invitée d’honneur en 2016 lors de la 46e édition.

Samedi 07 août : «Carte blanche aux Bagadoù» en partenariat avec Sonerion – Le stade du Moustoir

9h30 : Bagadoù 2e catégorie – 14h : Bagadoù 1ère catégorie En partenariat avec Sonerion –la fédération des sonneurs bretons–les bagadoùde 1ère et 2ème catégorie auront carte blanche au Stade du Moustoir.

Dimanche 8 août :
10H : La Grande Parade Bretagne sera organisée sous un format différent. S’il sera impossible de défiler dans la ville, une soixantaine de groupes bretons et l’ensemble des délégués de chaque pays celte défileront dans le Stade du Moustoir.
14H30 : «Kenleur : danses et musiques de Bretagne»
Place à la danse et aux musiques de Bretagne avec la Confédération Kenleur. Une vingtaine de cercles celtiques se succéderont pour un spectacle innovant pendant plus de 3 heures.

Alan Stivell, Gilles Servat, Denez Prigent, Carlos Nunez et Koun Kamm (entre onirisme et chaleur d’une chanson pop-rock).

21 H L’Espace Marine – Tous les soirs du festival, sur la scène de la Marine auront lieu les grands spectacles, avec à la clef,comme toujours, une programmation exceptionnelle : Gilles Servat, Alan Stivell, Dan Ar Braz, Denez Prigent, Carlos Núñez, Michael McGoldrickBand, Sharon Shannon, Youn Kamm… et surtout la création «Finisterres Celtiques» en collaboration avec l’Orchestre National de Bretagne pour fêter cet anniversaire !

La scène Bretagne -derrière le Palais des Congrès

Cette scène accueillera la diversité de la culture bretonne et celte avec 2 séances de concerts l’après-midi à 14H et 17H et une soirée qui démarrera à 20h. Chaque soir, un groupe d’une nation celte ouvrira les festivités. Cette nouvelle implantation accueillera moins de 1000 personnes, en format assis. AVEC plus de 70 groupes en 10 jours : Krismenn, BriegGuerveno, Fleuves, Djibou, Noon, Startijenn, Spontus, Annie Ebrel, Barba Loutig, …

Gilles Servat : « A cordes déployées » (Coop Breizh) est son disque 2020. Si son nom est occitan (un arrière grand-père montreur d’ours des Pyrénées venu s’échouer au bord de la Loire), Gilles Servat, auteur, compositeur, poète engagé. Un barde breton.

Dan Ar Braz, le mélodiste

Dan Ar Braz que l’on peut écouter et voir à l’Interceltique (jeudi 12 août), appartient au club des 10 très grands guitaristes vivants au monde, selon le magazine britannique Melody Maker. A 12 ans, il a sa première guitare, se débrouille avec 3 accords pour jouer « Satisfaction », prend des cours mais progresse seul, monte un groupe de rock, découvre Bob Dylan, Paul Simon, Bert Jansch, John Renbourn… Il passe par l’école des bals populaires « jouer pendant cinq heures d’affilée du rock and roll dans les bals, les matinées dansantes ou les noces est un terrain de jeu extraordinaire ». Jusqu’à la rencontre avec Alan Stivell, « un choc » puis il joue 6 mois en Angleterre avec le groupe Fairport Convention. En 1977, un album, « Douar nevez », un très bel album, une Victoire de la Musique en 94, 12 disques d’or… Jusqu’à 2020 avec son nouvel album « Dan ar Dans ».

« l’Interceltique touche l’intime, le vrai, le vécu… » Dan Ar Braz

Je suis fan de l’Interceltique !

Les nations celtes sont de retour et je n’y serai pas cette année. Moi, fille du Sud, fan de Dan Ar Braz, j’adore la musique celte, et les trois années où j’ai assisté à ces rencontres restent un très grand souvenir. Indispensable Interceltique !

Le Choeur de Sartène

Il bat à nouveau… Après le silence imposé pendant de longs mois !

C’est à Sartène, la ville « la plus corse des villes corses » selon Prosper Mérimée, ville du Centre d’Art Polyponique qu’a répété le Choeur de Sartène.

Il faudrait un livre pour raconter l’histoire de la musique Corse ! La traditionnelle, celle de la paghjella, celle que certains comme le groupe Canta U Populu Corsu (le Peuple Corse chante), s’est réappropriée dans les années 70 (Eri Oghje Dumane » premier album en 1975), pour lutter contre la perte d’identité créatrice, et qui a traversé les pays, les années. Aujourd’hui, l’un de ses fondateurs, le poète Ghjuvan Paulu Poletti et le Choeur de Sartène qu’il a créé en 1995, a inscrit la polyphonie Corse dans l’histoire de la musique classique. Pour faire vivre l’héritage religieux sorti des chants grégoriens des moines franciscains installés en Corse depuis des siècles et les compositions de GP Poletti. Avec une inspiration contemporaine. Leur répertoire ? Entre profane et sacré. Mais toujours, toujours, une émotion à fleur de coeur, la Corse dense, mystérieuse et invisible.

Chanter c’est prier deux fois Saint Augustin

Le Choeur, les dates

GP Poletti

Le Choeur : Jean-Louis Blaineau, Jean-Claude Tramoni, Stéphane Paganelli, Jacques Tramoni, Ceccè Lanfranchi et GP Poletti. Travailleurs infatigables, le son et la justesse sont leur credo. La remise en question est permanente pour ce groupe, ce qui lui permet d’avancer et de toujours progresser en explorant de nouvelles formes musicales. Au programme des concerts, des polyphonies sacrées et notamment les magnifiques compositions des Pères Franciscains du Couvent Saint-Côme et Damien de Sartène et des chants traditionnels profanes de Corse tout comme des extraits de l’oratorio « Terra Mea » et du « Stabat Mater » de GP Poletti.

Les dates :

5 août Tulle : Cathédrale Notre Dame – 6 août La Rochelle : Église notre-Dame du Parc – 07 Août Royan : Église Notre-Dame du Parc – 08 Août Guîtres : Abbatiale – 09 Août Marcillac-Lanville : Église Prieurale – 09 Août Marcillac-Lanville : Église Prieurale – 10 Août Vèzelay : Basilique Sainte-Marie Madeleine – 11 août Sarlat : Cathédrale Saint-Sacerdos – 12 Août Ambert : Église Saint-Jean – 13 Août Brioude : Basilique Saint-Julien 14 Août Romenay : Église Saint-Martin – 15 Août Paris : Église Saint-Louis-en-l’Ile – 28 Août Montmorillon : Chapelle Saint-Laurent.

Sartène, la ville du Choeur, mes racines. Une musique qui me bouleverse, me fouille les tripes, me secoue, mais dont la force me tue un peu aussi.

Publié par presscard49096

"Le libre arbitre, c'est le pouvoir de se déterminer soi-même sans être déterminée par rien"

Une réponse sur « Culture : l’été en quelques musiques »

  1. Très beau programme préparé pour nous, à travers tout l’Hexagone et la Corse : merci (once more), Presscard49096 !

    Mes préférences personnelles (questions de racines et d’oreille) vont évidemment à la Corse, donc ici à GhjP Poletti et à ses compagnons sartenais (excellents quoiqu’un peu Corses du Sud 🙂 :-)), mais aussi à la Bretagne, principalement à Gilles Servat, qui m’a ému dès son premier album, en particulier avec « La Blanche Hermine », chant de guerre et de tendresse !

    J’aime

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :