Dans les jardins du domaine de Chaumont-sur-Loire, règne une bien étrange poésie… Des oiseaux bigarrés, des fleurs improbables, d’étranges créatures y séjournent, le temps de l’exposition. Ils nous surprennent, nous émerveillent. Ah, j’oubliais, ils sont nés de l’imagination d’Alexis Tricoire, « designer végétal » qui, d’une pensée magique a transformé des brosses industrielles issues de lots invendus ou défectueux, recyclées en habitants vedettes d’une forêt enchantée… dans le Vallon des Brumes… Jusqu’au 7 novembre 2021.

L’exposition propose des imitations de systèmes vivants. Le biomimétisme pour faire passer des messages au coeur du poumon vert de 32 ha du Domaine de Chaumont

En 2017, il était déjà présent à Chaumont-sur-Loire avec « La planète en ébullition » qui, face à une urbanité galopante, montre des signes de dérèglement climatique, entre bassins d’eau bouillonnante, cratères de terre argileuse rouge et culture hors sol. Même en péril, la planète reste belle. Cette année, Alexis Tricoire sculpte, détourne des brosses industrielles… Un rendez-vous d’émotions, d’éblouissements, d’humour. Un parcours jouissif !

Des hautes fleurs rouges sur un tapis de vinca minor (petite pervenche).

« Ce travail exprime le lien intime et profond qui me relie à la terre. Cependant, deux sentiments opposés cohabitent en moi : le
bonheur de faire partie de la vie, et la révolte de voir la nature si peu respectée »
Alexis Tricoire

Un geste d’éveil à la sauvegarde des écosystèmes

Créer du lien entre les urbains et la nature au travers d’installations poétiques et inattendues, dans des lieux en ébullitions, des gares, des centres commerciaux, des musées, interpeler sur la beauté de la nature, sa sensorialité et sur sa place dans nos sociétés, sensibiliser au respect de l’environnement, telle est l’ambition de ce designer-scénographe. Retour sur les traces de son enfance, à 10 ans, ses parents s’installent au Brésil, il part à la rencontre des tribus indiennes d’Amazonie, au cœur de la forêt primaire.

Dans la forêt mythologique d’Alexis Tricoire, fragile, précieuse, un Nid aux Oeufs d’Or (la légende d’Amazonie nous rappelle que la nature est généreuse), la musique et la danse du ruisseau.

Une parfaite harmonie que l’on ressent dans cette exposition de Chaumont où il propose de nous inspirer de cette civilisation amazonienne dont le rapport à
la nature est fondamentalement différent du nôtre. Une relation d’ordre divin au vivant, à la forêt, à la planète, au travers d’une cosmogonie composée de lieux, d’animaux et de plantes sacrées. Et nous, quelle place a le végétal dans notre quotidien ? Jusqu’où les relations entre nature et société peuvent-elles cohabiter ?

La Mare Avatar : le perbrosquet en plein vol. Drôle d’oiseau dans un autre écosystème, dans un autre rêve…

L’imagination et le durable

Avec le soutien de la Fédération Française de la Brosserie, Alexis Tricoire a installé balais, goupillons (la cascade des goupillons), pinceaux, brosses à dents, manches, strips, cylindres, brosses géantes (le Brossinge est réalisé à partir d’une seule brosse en spirale de 25 m de long)… pour concevoir 7 scènes oniriques avec des objets qui s’inspirent librement de la culture indigène. Une confrontation qui flirte bougrement avec le fantastique ! Il faut dire que les matières, les couleurs de ces objets sont inspirantes. Les strips sont devenus des lianes, les brosses circulaires, des fleurs, les balais et les goupillons ont poussé entre des chemins de pinceaux etc. Les brosses à lessiver ont retrouvé le milieu aride de leurs fibres de chiendent, disparaissant, bien sûr, parmi les cactus… De vraies stars !

«Raphaël», le chaman. Les plumes de sa coiffe sont composées des pinceaux de
la marque… Raphaël…

« C’est en touchant l’émotion que l’on donne envie de prendre conscience, de protéger et d’essaimer les messages positifs, comme les abeilles le pollen ». Alexis Tricoire

Alexis Tricoire ?

Alexis Tricoire, designer et plasticien, est diplômé de l’ENSAD en 1994 tout en attirant l’attention avec son pouf Alexis’s Sister, acheté immédiatement par le Fond National d’Art Contemporain. Après un master en architecture à l’Art Institut de Chicago, il se forme aux cotés de designers comme Sylvain Dubuisson, Christian Ghion et de Pucci de Rossi. En 1996, il crée le studio Tricoiredesign et collabore en design produit et objets avec Epson, l’Oréal, Lancaster, Cartier. Il dessine du luminaire et du mobilier pour les sociétés et les institutions Philips, Axis, Ardi, Lucien Gau, Vange, Branex, et réalise également de l’architecture intérieure et de la scénographie avec le stand Cristal d’Arc. En 2009, Alexis Tricoire fonde Vegetal Atmosphere®, studio-laboratoire de design végétal. Le studio explore de nouvelles voies techniques et esthétiques de végétalisation inspirées par les richesses de la biodiversité.

Chaque élément de l’exposition à été préalablement fabriqué dans le StudioTricoireDesign. La création en atelier a duré environ deux mois à 3 personnes.

Sources : DP de l’exposition – lareserve-mag.com – http://www.ffbrosserie.com

Publié par presscard49096

"Le libre arbitre, c'est le pouvoir de se déterminer soi-même sans être déterminée par rien"

2 réponses sur « Culture expo : de la poésie en brosse… »

  1. Incroyable ce que cet artiste parvient à faire ! Bel endroit. Merci de me l’avoir fait découvrir. (Je ne regarderai plus jamais ma brosse à dents de la même manière.)

    J’aime

  2. Très intéressant, une fois de plus je suis émerveillé par ce que l on peut faire avec des objets comme des brosses… quel voyage…

    J’aime

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :